Déïde

De Bibliothèque de Volrajh
(Redirigé depuis Déides)

L'existence des Déïdes

Créations du Katagog, ce sont des entités qui peuvent avoir une certaine importance dans le déroulement de la Création. Ils représentent les réceptacles des volontés naissantes lors de la création du monde. Leur origine est explicité dans la Génèse et ils sont au centre de la culture religieuse pour les mortels. Ils ont côtoyé le monde de Volrajh lors de l'age de la Prospérité mais ils ont abusé de leur rôle et outre passé les Grandes Règles ce qui limite dorénavant leurs impacts directs sur le monde.

Leurs rôles varient grandement au sein de la Grande Création, ils peuvent être aussi anodins que décisifs, ainsi, des Déïdes peuvent agir plus ou moins conséquemment sur la Grande Création et sinon l’altérer, la perturber.

Les traces et restes de leurs passages sont nombreuses à tel point que l’être humain ne pourrait toutes les savoir un jour.

Organisation

Katagog, dans sa solitude, créa Stichomythie, le tout premier des Déïdes… Par la suite, il engendra d’autres Déïdes: Elithar, Joudeng, Gyddéon et une multitude d’autres… Mais avant de les lâcher dans sa vaste Création, il prit soin d’ordonner à Gamearas le Déïde d’en organiser les rangs.

Gamearas le méticuleux s’affaira alors à sa tâche, explorant toutes les combinaisons possibles et imaginables. Il en vint à ordonner les Déïdes dans un classement réputé infaillible qu'il nomma l'Harmonie.

L'Harmonie

Le classement est très simple à comprendre, chaque catégorie représente le domaine d'action des Déïdes s'y trouvant. Seule la méthode d'attribution aux dites catégories est une complexe chimie, encore inconnue de tous et secret propre à Gamearas.

Premiers ordonnateurs

On dit que ce sont ceux qui ordonnent à la communauté des déïdes. Ils furent parmi les premiers des Déïdes et le Katagog leur incomba la charge d'organiser le monde des divinités. C'est une assemblée restreinte de Déïdes dont les plus connus sont Stichomythie et Gamearas.
Ils interfèrent peu avec le monde des terrestres néanmoins leur autorité demeure présente dans les différents cultes déïstes, chez les katagistes ce sont les seuls Déïdes qui méritent encore le respect à cause de leur proximité avec le Katagog.

Guides des errants

Alors que les terrestres n’étaient que des peuplades primitives et désorganisées, il sembla inscrit dans la Création du Katagog que des civilisations devaient être formées pour que ces peuples évoluent et puissent accéder à des degrés d’évolution sociétale qui rendrait hommage au Katagog et à sa Création. C’est ainsi que Joudeng, par exemple, eu la charge d’unir les peuplades du Sarnaï, que les 6 Déïdes du Royaume du Lohikarme peuvent être vu comme des guides mais en réalité, c’est Kintevs qui a su unir ses frères et sœur Déïdes.

Grands érudits

Certains terrestres ont des capacités d’apprentissage surprenantes et se distinguent du monde animal, ce sont ces espèces qui ont évolué pour devenir les races qui composent les civilisations modernes de Volrajh. Ces terrestres furent donc les parfait élèves des Déïdes qu’on appelle "Grands érudits". C’est ainsi que lors de l’Âge d’Or, les civilisations évoluèrent grandement grâce au savoir que les Déïdes pouvaient inculquer. Ainsi les habitants de Volrajh apprirent à communiquer grâce à Azhmer, apprirent les rudiments de l'agriculture avec Afnïr et bien d'autre choses.
Généralement on associe un domaine de connaissance à un des Grand érudits.

Artisans de la matières

L’évolution est au cœur du processus de la Création du Katagog, pourtant il existe des Déïdes qui peuvent altérer cette évolution pour lui donner une orientation tout autre. Parfois même donner naissance à une nouvelle race. C’est ainsi que les Jalkas ont pu évoluer vers le monde civilisé alors qu'ils n’étaient à l'origine qu’une race minoritaire et très primitive.
Les actions de ces artisans sont généralement discrètes et passent bien souvent pour inaperçues tant elles s'étalent sur la durée.

Les avatars de Volrajh

La Création s'étalant aussi sur la vie des terrestres, il était essentiel de rythmer celle-ci et de lui donner un coup de fouet lorsque la Création le nécessite. Certains Déïdes sont donc chargés d'y faire intervenir des aléas, provoquant tumultes et réjouissances lorsque l'heure en est venue. Ils restent assez populaire bien qu'au plus souvent controversés pour leurs actes. Dans les rangs des Avatars, on peut citer de très célèbres Déïdes tels que Voïma ou encore Deronthas...

Les erratiques

Les Erratiques sont des Déïdes qui errent sur Volrajh à la recherche de leur place au sein de la Création. Ces derniers tirent une certaine rancœur envers Gamearas, estimant que cette place au sein de l'Harmonie n'est due qu'à l'indécision du grand méticuleux. Ces Déïdes sont assez nombreux, mais tout à fait inconnus des mortels parmi qui ils se plaisent bien souvent à s'intégrer discrètement. Certains erratiques sont tout simplement voués à ne jamais trouver ce qu'ils cherchent et à rester aussi inutiles que discrets.

Contrôleurs de la création

Les Contrôleurs ne font pas partie directe de l'Harmonie en ce qu'ils ne sont pas soumis au travail de Gamearas mais directement ordonnés par Katagog.
Suite aux abus des Déïdes, Katagog créa les Contrôleurs de la Création. Ces nouveaux Déïdes allaient alors représenter les hauts agents du Katagog. Le monde du vivant ne les connaît que sous la forme de silhouettes encapuchonnées de gris. Les légendes disent que ce sont les restes de Déïdes renégats qui se cacherait derrière la capuche, tandis que d’autres pensent que c’est une partie du Katagog lui même mais il est plus rassurant d’imaginer du vide. Ils ne parlent pas et communiquent en créant le souvenir d’une déclaration prononcée d’une voix monocorde. Ces contrôleurs ne s'expriment jamais à la première personne car ils ne sont pas des individus.
Leur tâche est de veiller à ce que les Grandes Règles soient respectées. Ils représentent l’ordre absolu et la pensée que l’univers est quelque chose qui progresse en douceur, selon des chemins préétablis, et qu’il finira par s'arrêter, faute d’énergie. Les déistes les considèrent comme représentants de l’oubli. Ils sont à l’opposé, des Déïdes qui chérissent le vivant et l’individualité. Ils auraient un pouvoir limité par des règles qui leurs sont propres mais ils exercent un contrôle absolu sur la matière, l’énergie et les lois de la nature. Cette limite existe uniquement car ils détestent ce qui est et ce qu’ils sont. Cette haine les met en danger car elle peut les pousser à penser comme des individus ce qui entraîne la disparition et le remplacement immédiat. Ils représentent un garde fou pour les Déïdes qui souhaiteraient fauter de nouveau. Cependant, les Déides peuvent réussir à éviter le regard des contrôleurs. De ce fait, ils demeurent toujours présent en arrière plan dans le monde du vivant car ils ne sont pas oubliés.

Liste non-exhaustive des Déïdes connus