Culte des Colonnes

De Bibliothèque de Volrajh

Croyances du culte

Philosophie

La philosophie de ce culte présente de nombreuse similitude avec la foi déïste, elle est cependant centrée sur les six déïdes fondateurs du Lohikarme :

Toute la culture du Royaume du Lohikarme est marquée par l'influence des déïdes, en effet cette nation n'aurait jamais vu le jour sans l'influence de déïdes. L'origine du Lohikarme est fondamentale pour tous les habitants du royaume. La Création du Katagog est régit par les valeurs des six et donc tout manquement à ces préceptes est vu comme une faute. Le départ des déïdes est vu comme une mise à l'épreuve pour que chacun puisse se montrer digne de l'héritage des six. A la mort d'un croyant, il est jugé par les six qui donnent chacun leur jugement et si le défunt à été respectueux des principes il ira retrouver le Katagog pour de nouveau servir la création et dans le cas contraire Henki laissera le mort se faire absorber par le chaos.

Symbolisme

Les six piliers imprègnent l'imaginaire collectif du lohikarme. Ils forment le symbole de l'équilibre, de ce qui soutient la Création du Katagog. On en retrouve construit partout dans le royaume. Chacun des Déïdes fondateurs possède son propre symbole que l'on retrouve à divers endroits pour rendre hommage à un déïde en particulier.

Livres sacrés

Le culte est très oral donc les textes sacrés sont peu nombreux et accessibles qu'en de haut lieu de pèlerinage. Approcher un manuscrit sacré est un privilège qui se mérite?

Organisation du culte

Les temples et colonnes

Dans la capitale se trouve six gigantesques colonnes représentant les six entités divines. Rien n’est plus sacré que ces colonnes, dans la mentalité commune, toute fissure, marque ou quoi que ce soit qui puisse abîmer ces structures est le résultat d’un sacrilège commis par les habitants du Royaume de Lohikarme. Chacune de ces colonnes sont sous la garde d’un Grand Gardien qui lui même est suivi par un nombre assez important d’autres gardiens. On trouvera dans les citadelles des seigneurs des colonnes similaires bien qu’elles soient de taille réduite. Les lieux de cérémonie proches de ces piliers sont appelés temples.

Le Roi du Lohikarme

Le suzerain est le chef religieux, ce qui lui donne sa légitimité vis à vis des 12 autres seigneurs qui lui ont prêté allégeance. Lorsqu’un suzerain meurt, les Seigneurs se réunissent dans la citadelle du Lohikarme où ils s’enferment avec les 6 Grands Gardiens pour n’en ressortir que lorsque ils ont choisi un de ces gardiens pour être le nouveau suzerain. Ainsi, à chaque nomination, un des symboles est mis en avant, pendant toute la durée de son règne.

Les Grands Gardiens

Au nombre de six, ils ont la responsabilité chacun de une colonne originelle à la capitale, ensembles ils représentent la plus haute instance religieuse après le roi. Ils sont les seuls à pouvoir prétendre au titre royal. Chacun est affilié à un déîdes fondateur et il à ainsi la charge de porter les enseignements lié à son déïde.

Les Gardiens

Partout à travers le royaume on trouve des colonnes et des temples pour honorer les six. Ces lieux de cultes sont gérés par un gardien. Ce sont eux qui entretiennent le culte auprès des habitants du royaume. Il n'est pas rare de faire appelle à un gardien pour une affaire demandant un arbitrage, ou pour des questions d'éducation.

Les Protecteurs

Ils occupent différents rôles au sein des temples : l’entretient du bâtiment, les rîtes religieux, les prières, la formation des novices et bien d’autres choses... Ils sont directement sous l’autorité de leur Gardien. On les retrouve à diverses taches basique du quotidienne comme celle militaire.

Les Veilleurs d’Equilibre

La Seigneurie de Griseplaine est le berceau historique des Veilleurs d'Équilibre. Ces derniers appartiennent à une branche de l’organisation religieuse. Ces combattants choisis dès le plus jeune âge sont équipés d’une hache à une main et d’un bouclier long. Les guerriers des colonnes vont de villes en villes pour punir les prêcheurs et recruter de nouveaux guerriers. Ainsi, ils permettent de réduire le nombre de crimes. Ces hommes sont à la fois craints et respectés par le peuple car c’est un honneur de devenir l’un d’eux, puisqu’il n’est pas donné à tout le monde de pouvoir servir les dieux. Cependant, la vie de ces guerriers ne permet aucun écart moral ou de conduite, sous peine de subir les pires tortures. Ce sont aussi ces guerriers qui sous les ordres de certains seigneurs vont pratiquer des rafles, soit disant religieuses, sur certains villages s’opposant au seigneur commanditaire. Chaque guerrier expérimenté doit s’occuper de l'apprentissage total des jeunes combattants comme le ferait un parent. Ces jeunes apprentis le suivront à travers tous ses voyages jusqu’à ce qu’ils aient atteint l’âge mûr et qu’ils puissent servir les veilleurs tout seul.

Liturgie et rites

Sacrements

WIP

Rites

  • Les offrandes aux six colonnes sont très fréquentes, toute les familles essayent de donner au minimum une fois par an une offrande. Ce sont généralement des objets du quotidien, des trésors de chasse, des objets trouvés ou des oeuvres d'artisans fait en l’honneur de ces colonnes. Offrir un animal est un signe de richesse car les pauvres ne peuvent pas se permettre de donner leur nourriture. Cet animal sera montré pendant une semaine, via un enclos adjacent à la colonne puis sera cuisiné pour les gardiens. Les autres offrandes seront également montrées pendant quelques mois puis revendues par les gardiens. Dans les villes et les villages se situant trop loin de la capitale, les habitants forment des groupes pour traverser le royaume afin de déposer les offrandes de tout le village. Chaque année est élue le porteur d’offrande, c’est un immense privilège pour ce dernier qui sera à l’honneur à son retour. Le porteur ira jusqu’à la citadelle de la seigneurie de sa région pour confier aux gardiens locaux les dons. Les plus belles offrandes seront destinées à aller à la capitale pour les Grandes Colonnades qui ont lieu après la dernière moisson.
  • Durant l’enfance, tous les enfants doivent passer quelques semaines dans une structure religieuse pour servir les prêtres et prêtresses tout en approfondissant les principes de la religion déjà appris avec les parents.
  • Une procession annuelle ayant lieu après la dernière moisson de l'année. Les porteur d'offrandes, venant de toutes les Seigneuries avec chacun une sélection des plus beaux dons, se retrouvent à la capitale du Royaume pour rendre un hommage aux 6 piliers fondateurs et porteurs du monde.La ville de Lohikarme est construite sur un demi cercle avec au coeur de la ville la Citadelle du suzerain qui sera le point de départ des défilés vers les 6 colonnes qui se trouvent en périphérie de la ville réparties proportionnellement sur l’arc du demi cercle. Le nom de Grande Colonnades vient des six processions dans lesquelles chaque participants arborent des idoles et effigies du pilier vers laquelle ils se dirigent. Au pied de chaque colonne a lieu une cérémonie de distribution des offrandes suivie de chants religieux. Le reste de la journée est le départ d’une grande fête populaire qui dure toute la nuit. Partout dans le royaume on festoie en l’honneur des dieux.
  • Partout dans le royaume sont fabriqués des effigies en hommage aux colonnes, qu’elles soient petites pour le transport ou plus volumineuses pour les lieux de prières locales. Toute personne se doit de pouvoir prier facilement grâce à ces colonnes. À l'âge de 10 ans chaque enfant reçoit une idole en l‘hommage des divinités, elles sont de diverses natures en fonction de la classe sociale. Les plus pauvre utiliseront le bois ou autre matériaux rustiques tandis que les plus fortunés iront acheter chez un artisan une idole plus travaillée. Elles peuvent prendre diverses formes : un pendentif, une statuette, une bague, un bâton ... Ces objets sont gardés précieusement et le plus possible sur soi jusqu’à la mort de son propriétaire, qui est brûlé nu avec son totem. Pour un Karmien c’est en préservant son totem qu’il montre son respect à ses dieux et prend part à la stabilité du monde et de sa famille. Au sein d’une même famille ou d’une communauté, il n’est pas rare de reconnaître un totem caractéristique, comme les enfants des Veilleurs d’Équilibre qui se voient tous confier une pièce d’or frappée d’un pilier qu’ils porteront souvent en pendentif durant leurs premières années et qui sera incrustée plus tard dans leur armure. Chaque seigneur et sa famille est reconnaissable par un attribut propre qui est ce totem. Le peuple du Lohikarme est très superstitieux et très protecteur vis à vis de leurs totems. Ceux qui profanent et pillent les reliques sont considérés comme maudits. Ils sont tués place publique pour exposer leur(s) faute(s) au yeux de tous. Le gardien attachera le paria pour l’écarteler, et lui ouvrira le dos pour lui retirer la colonne vertébrale privant la dépouille de son pilier. Ainsi le mort ne trouve pas de repos lors de son incinération, il se voit condamné à souffrir éternellement. Ce rituel s’appelle la désincarnation. L’autre possibilité consiste à briser la colonne d’un homme et de le laisser mourir.